Description sommaire du projet

Le concept Hyinga combine le développement du potentiel hydroélectrique d’Inga III (4,5GW) et Grand Inga (39GW) pour l’électrification de l’Afrique et dans le même temps la production en phase d’hydrogène par électrolyse pour fournir les premiers marchés mondiaux avec une source 100% renouvelable.

L'électrification de l'Afrique se réalise par ligne haute tension en courant continu. Le choix du courant continu est retenu pour le transport de l’électricité par ligne haute tension pour des distances supérieures à 700km en raison des déperditions calorifiques. C’est également du courant continu qui alimente les électrolyseurs.

Concernant la partie hydrogène, l’électricité du barrage sera acheminée sur une distance d’à peu près 150km jusqu’à Moanda sur la côte atlantique. L’hydrogène est ensuite produit par électrolyse à partir de l’électricité et de l’eau douce, préalablement filtrée, puisée dans le fleuve. Les électrolyseurs sont modulaires et peuvent être de deux technologies selon les électrolytes utilisés : alcaline ou PEM. La technologie alcaline existe depuis de nombreuses années : elle est moins coûteuse mais présente des rendements inférieurs au PEM, technologie plus récente.

L’hydrogène produit est ensuite liquéfié à -253°C dans des unités de production centralisée de plus grande importance avant d’être transféré dans des bateaux spécialement adaptés. Le concept de bateau le plus abouti pour le transport de l’hydrogène liquéfié a été réalisé par un consortium de constructeurs japonais : c’est un navire catamaran à plans déjaugeurs à doubles coques (SWAPH – Small Waterplane Twin Hull) de 200 000 m3 transportant 14 000 tonnes d’hydrogène liquéfié. Le taux d’ébullition est de 0,2 à 0,4% par jour et il est prévu que les vapeurs d’hydrogène puissent être utiliser comme carburant pour la motorisation du navire, de manière similaire à ce qui se fait pour les navires LNG.

Le projet nécessite également la construction d’un port en eau profonde à Banana pour accueillir un terminal pour des bateaux hydrotankers qui pourront acheminer l’hydrogène liquide jusqu’au marchés d’exportation. Arrivé à destination dans un port pourvu d’un terminal adapté, l’hydrogène est acheminé soit sous forme gazeuse par pipeline ou soit sous forme liquide par chemin de fer et camion.